Traffic Quintet 2015


Divine Féminin

Un drame musical en quatre tableaux, écrit et réalisé par Dominique “Solrey” Lemonnier
Créé le 26 septembre 2009 au Festival Musica à Strasbourg

Musiques: Air, A. Desplat, P. Dusapin, P. Glass, J. Goldsmith, B. Herrmann, A. North, G. Yared
Création vidéo, Hommage à Jacques Monory: Solrey et Ange Leccia
Scénographie: Bruno Cohen

Divine Féminin

Traffic Quintet

  • Violon: Dominique Lemonnier, Anne Villette
  • Alto: Estelle Villotte
  • Violoncelle: Raphaël Perraud
  • Contrebasse: Philippe Noharet


Production Galilea Music
avec le soutien de la Fondation d'entreprise Hermès
et du Fonds d'Action SACEM

Après une première expérience fructueuse des musiques du cinéma de la Nouvelle Vague, le Traffic Quintet se mesure maintenant aux structures rythmiques et symphoniques des compositeurs ayant œuvré pour maints films avec femmes mystérieuses, vénéneuses, terrifiées ou fragiles, ou bien encore glaciales et blondes comme celles qu'aimait mettre en scène Alfred Hitchcock.

De Médée à Marylin

Le Traffic Quintet donne à entendre la musique de films par une formation inédite - le quintette à cordes - tout en entrelaçant et ponctuant ses performances de créations musicales et visuelles. Après un premier spectacle consacré au cinéma français de la Nouvelle Vague, Solrey a conçu un nouveau programme autour d'héroïnes devenues chacune à leur façon des mythes.

Femmes assassines, profondes, perdues...

Qu'elles soient inscrites depuis longtemps dans la mémoire collective - de Marilyn Monroe à Ingrid Bergman en passant par Maria Callas - ou qu'elles s'avèrent aujourd'hui en passe d'entrer dans le panthéon - comme Nicole Kidman, Sharon Stone et Isabelle Adjani - ces figures féminines nous accompagnent ainsi à la recherche du mythe archaïque et universel de Médée.

Solrey revisite le thème vibrant de l'éternel féminin avec le vidéaste Ange Leccia, dans un hommage à l'artiste le plus inspiré par le film noir américain, le peintre Jacques Monory, et aux grands compositeurs Hollywoodiens, transcrits ici par Alexandre Desplat

Une espèce de cinéma des songes (Jacques Monory)

À la croisée des genres et des disciplines, le Traffic Quintet réaffirme ici sa mission : rendre à la musique de film toute sa dimension en l'associant à des projets artistiques exigeants.

“Le cinéma des songes... Une astucieuse alchimie entre images et musiques, empruntant aussi bien au thème de Psychose qu'à des transcriptions de Philip Glass ou Pascal Dusapin.” Veneranda Patadino · Dernières Nouvelles d'Alsace │ 3.10.2009

Sharon Stone osant l'évidence, Janet Leigh en route vers un motel fatal, Ingrid Bergman accoudée à un piano, et bien sûr, Marylin Monroe, si seule, un an avant de mourir... Elles passent, invisibles.

En songe, de même, se profilent d'autres actrices, tandis que se faufile le fantôme de Médée qui tua ses enfants et à qui la Callas prêterait ses traits, son seul rôle au cinéma.


1. Basic Instinct (J. Goldsmith) 5:57
2. Vertigo (B. Herrmann) 4:01
3. Psycho (B. Herrmann) 3:59
4. Medeamaterial I (P. Dusapin) 2:44
5. Fahrenheit 451 (B. Herrmann) 2:29
6. The Misfits I (A. North) 3:35
7. The Misfits II (A. North) 2:28
8. I'm Through With Love (F. Livingston/M. Malneck/G. Kahn) 2:15
9. Medeamaterial II (P. Dusapin) 4:35
10. Chinatown (J. Goldsmith) 6:50
11. The Hours (P. Glass) 3:38
12. Virgin Suicides (Air) 4:52
13. Medeamaterial III (P. Dusapin) 3:00
14. Birth - Elegy (A. Desplat) 4:29
15. Birth - Valse (A. Desplat) 1:50
16. As Time Goes By (H. Hupfeld) 2:44



Retour en haut de page HAUT DE PAGE

background image